La nouvelle est encore fraiche : elle est tombée dans nos boites e-mail il y a un peu plus d'une heure à l'instant où j'écris cette ligne. Par une curieuse ironie, je l'ai d'abord apprise par le service lui-même, avant de découvrir l'e-mail dans ma boite.

À partir de maintenant, donc, Twitter cesse l'envoi de SMS vers ses utilisateurs européens. Ce qui veut dire que vous ne recevrez plus de SMS venant du numéro +44 76 24 80 14 23. Plus de notifications des messages de vos contacts par texto, jusqu'à nouvel ordre.

Notons également que cette mesure touche non seulement les utilisateurs européens, mais aussi pour ainsi dire l'ensemble de la population mondiale, à l'exception des USA, du Canada et de l'Inde.

Pourquoi cette mesure ? Pour des raisons de coût. D'après Twitter, l'envoi de SMS à ses utilisateurs internationaux depuis un numéro localisé en Grande Bretagne génèrerait un coup trop important. Pour remédier à cela, Twitter serait en train de tenter de trouver des accords avec les compagnies de télécommunication locales, au cas par cas, pays par pays. De nouveaux numéros devraient donc apparaître dans les semaines à venir, et nous autre Français pouvont donc normalement espérer voir prochainement nos téléphones vibrer à nouveau à la réception de nos messages Twitter, mais provenant cette fois d'un numéro en +33 ... (indicatif français). Nous verrons bien. En attendant, silence radio pour les SMS Twitter : l'oiseau s'est tu.

Tout ça est d'autant plus rageant que la réception de SMS était l'argument massif qui me faisait préférer Twitter à tous les autres services de microblogging, et j'imagine que je ne suis pas le seul dans ce cas. Brightkite, par exemple, permet non seulement l'envoi de messages courts, mais aussi de photos, et gère nativement la géolocalisation de l'ensemble. Seul problème, le service d'envoi/réception de SMS ne fonctionne que pour les États-Unis. Autre grosse alternative, Friendfeed, le médium social à géométrie variable, qui sert non seulement d'aggrégateur de média sociaux (43 services supportés à ce jour, y compris Twitter, Brightkite, Pownce et compagnie) mais permet aussi de poster de simples messages ou même des URL pouvant être commentés par les autres utilisateurs, offrant ainsi les services d'un Twitter, d'un Delicious, d'un Google Reader ou même d'un forum. En fait, Friendfeed a accueilli récemment de très nombreux transfuges lassés du manque de fiabilité de Twitter (les serveurs lâchent au moins une fois par jour, et le service d'update par messagerie instantanée n'est toujours pas rétabli) et il ne fait aucun doute que ce nouvel épisode concernant les SMS va une nouvelle fois faire migrer pas mal d'utilisateurs Twitter vers Friendfeed.