Intéressé par l'offre que propose Oosah, j'ai fait quelques recherches et suis tombé sur ce post.

Oosah est un service en ligne qui propose un teraoctet (1 To) de stockage gratuit en ligne. Oui, vous avez bien lu, on parle bien d'un terabyte (1 TB), pour les anglophiles. Une offre impensable, trop beau pour être vrai. D'ailleurs, la plupart des internautes n'ont même pas cette capacité de stockage sur leur machine domestique. Alors, où est le piège ?

L'auteur du billet que j'ai lié quelques lignes plus haut a eu l'amabilité de faire pour nous une recherche approfondie dans les termes du contrat d'engagement pour Oosah (le fameux EULA ou End User Licence Agreement, pour les anglophiles). Ce contrat stipule qu'en uploadant du contenu sur Oosah, l'utilisateur cède à Oosah les droits d'exploitations de ce contenu. Je simplifie un peu pour que ça tienne en seize mots, mais en gros, c'est ça. Donc vous pouvez mettre un tera de données en ligne grâce à Oosah, mais en contrepartie ils acquièrent le droit de faire ce qu'il veulent avec ces données, et ce pour l'éternité.

Moi, ça m'a tout de suite fait penser au mythe de Faust.

Bon, pour relativiser un peu les choses, je pense qu'ils ne sont pas les seuls à imposer cet EULA. L'affaire Google Chrome nous a récemment rappelé que Google imposait les mêmes termes sur ses produits (même s'ils ont assoupli l'EULA pour Chrome suite à une montée de fourches... euh... de boucliers). Donc j'imagine que les conditions doivent être à peu près les mêmes sur Picasa ou Google Documents, par exemple.

Enfin bref... un tera... c'est tentant quand même...